Aller au menu Aller au contenu
Grenoble INP
L'école d'ingénieur en systèmes avancés et réseaux

Visite de Lyon et témoignage d'un étudiant de l'Esisar à l'AGERA

Publié le 19 octobre 2016
A+Augmenter la taille du texteA-Réduire la taille du texteImprimer le documentTélécharger au format PDFEnvoyer cette page par mail Partagez cet article Facebook Twitter Linked In Google+ Viadeo
13 octobre 2016

Onze étudiants de l'Esisar dans le bus direction Lyon. Objectif : rallier la place Bellecour pour le coup d’envoi des 16èmes Rencontres Etudiantes Internationales organisées par l’AGERA (Alliance des Grandes Ecoles en Rhône-Alpes).

Hamilton

Hamilton

Pour ce rendez-vous international chaque année très apprécié, 333 étudiants de 20 grandes écoles étaient réunis ce 13 octobre, soit quelques 58 nationalités présentes et 30 langues parlées. Grenoble INP y participait avec 31 étudiants au total, dont 11 étudiants de l’Esisar.

Ces derniers ont bénéficié d’une visite guidée du Vieux Lyon, incluant un passage dans le dernier atelier de tissage de la soie encore en activité et ouvert au public. Un moment hors du temps, dans une vieille bâtisse : 8000 fils de soie, installés un à un, soit trois semaines pour leur seule mise en place sur le métier Jacquard de 1850 encore en fonctionnement. Le tout pour un ameublement destiné à un château aux Etats-Unis. Impressionnés, les étudiants ont écouté avec attention et posé des questions au tisseur, passionné de son art, avant de retourner à l’assaut des rues et ruelles. A l’abri des parapluies, les conversations allaient bon train entre étudiants de tous horizons et de diverses écoles, certains liant même amitié.

L’ensemble des participants ont ensuite été conviés à l’Hôtel de Région pour un accueil dédié. Ils ont été reçus par Jean-Louis Guyader, Conseiller régional et enseignant-chercheur à l’INSA de Lyon et Jean-Baptiste Lesort, Président de l’AGERA.
Cinq étudiants ont témoigné de leur expérience de mobilité à l’international. Parmi eux, Hamilton Querino de Carvalho, Brésilien, en 5ème année à l’Esisar, a représenté l’Esisar avec enthousiasme : apports de la mobilité, comparaison des études (cours plus orientés vers la pratique en France, plus théoriques au Brésil) mais aussi des cultures. Hamilton a émaillé son témoignage d’anecdotes sur le choc culturel. Le plus grand pour lui ? Celui relatif à la bureaucratie française : « je pensais que le Brésil était le pays le plus bureaucrate du monde, mais j’ai découvert que la France gagne beaucoup plus de points sur cet aspect ! Si vous voulez rendre un Français content, donnez-lui beaucoup de papiers ! ». A en croire les applaudissements qui se sont ensuivis, certains en avaient une petite idée!

Pour clôturer la demi-journée, un cocktail en musique a été offert aux étudiants, enchantés de cette visite qui leur a permis de se connaitre un peu plus les uns et les autres et d’évoquer leur expérience. 
 


A+Augmenter la taille du texteA-Réduire la taille du texteImprimer le documentTélécharger au format PDFEnvoyer cette page par mail Partagez cet article Facebook Twitter Linked In Google+ Viadeo

Rédigé par Emmanuelle Gatien

mise à jour le 20 octobre 2016

Communauté Université Grenoble Alpes