Aller au menu Aller au contenu
L'école d'ingénieur en systèmes avancés et réseaux

> L'école > Actualités

Rencontre avec Gaëlle Joubert, diplômée 2016

Publié le 17 octobre 2016
A+Augmenter la taille du texteA-Réduire la taille du texteImprimer le documentTélécharger au format PDFEnvoyer cette page par mail Partagez cet article Facebook Twitter Linked In Google+ Viadeo
Communiqué 17 octobre 2016

À l'Esisar, il y a aussi des filles et elles réussissent bien ! Un témoignage tout droit venu du Groenland...

Gaelle_carrousel.jpg

Gaelle_carrousel.jpg

On vous présente, ou représente Gaëlle Joubert, diplômée 2016 de la filière EIS (Electronique et Informatique des Systèmes), spécialité ISE (Informatique des Systèmes Embarqués).

Cette passionnée de Sport-Nature et d'aventures humaines a participé à l'expédition Scoresby Sund par Naturevolution, une ONG dont le but est de protéger la biodiversité des “Lost Worlds”. Sous cette appellation se cachent des endroits perdus, très difficiles d’accès, dans lequel l’homme n’a pas encore, ou très peu, mis les pieds.
C’est le cas du Scoresby Sund, au Groenland. Ce système de fjords, pris sous les glaces 8 mois de l’année, voit son éco-système bouleversé avec la fonte de celle-ci.
Une équipe de scientifiques et d’explorateurs est donc réunie pour une expédition pluri-disciplinaire de deux mois, au milieu du fjord et des montagnes. Grâce à la Fondation Grenoble INP, deux étudiants ont pu participer à cette expédition.

"L’Esisar m’a relayé cette information. J’ai tout de suite postulé auprès de Naturevolution, et après quelques échanges et entretiens, je faisais partie de l’équipe en tant que responsable des mesures acoustiques sous-marines. D’un point de vue scientifique, j’ai pu réutiliser dans un milieu extrême mes connaissances en électronique et informatique. Il nous fallait souvent être très imaginatifs pour réparer et faire marcher les systèmes électroniques avec peu d’outils et sans internet. Des connaissances solides et un recul certain sont donc nécessaire pour ”bricoler” correctement."

Ces montagnes étant un magnifique terrain de jeu, les objectifs scientifiques ont pu être couplés à des défis sportifs : exploration, spéléo glaciaire, rafting, alpinisme, plongée, highline, … Entre les portages et les poses de capteurs, Gaëlle sait s'amuser !

Plus d'infos sur le blog de l'expéditon :

 


A+Augmenter la taille du texteA-Réduire la taille du texteImprimer le documentTélécharger au format PDFEnvoyer cette page par mail Partagez cet article Facebook Twitter Linked In Google+ Viadeo

Rédigé par Elodie Mauffait

mise à jour le 7 novembre 2016

Grenoble INP Institut d'ingénierie Univ. Grenoble Alpes